D’abord un Festival

 

C’est grâce à l’impulsion et la volonté d’étudiants et enseignants des Beaux-Arts de Bourges qu’est née l’association Bandits-Mages en 1991. Ses fondateurs sont  Roland Baladi, Stéphane Beaudonnet, Nicolas Denise, Murielle Drouot, Jean-Paul Labro, Gilles Martinez, Christian Merlhiot et Frédéric Terrier.

« Inventifs, astucieux, lucides, ils ont envie de partager et de faire partager leur passion pour des images qui ne soient pas celles, trop usées, trop vides, trop peu imaginatives, auxquelles nous sommes constamment exposés. » — Patrick Talbot, 1993.

Ce groupe audacieux avait pour objectif premier de faire connaître la création vidéo, en pleine émergence dans les écoles d’art. Il défendait un médium, outil en devenir pour les artistes. En 1992, il organisait les premières rencontres des écoles d’art en France. Et pour ne se priver d’aucune pratique parente de l’art vidéo, Bandits-Mages a aussi été dès ses débuts un lieu de diffusion du cinéma expérimental, de la performance, de la création multimédia (ou arts médiatiques, sonores et visuels).
Une grande famille du mouvement.

Sous cette impulsion se dévoile la nécessité encore vivante de soutenir des pratiques indépendantes et en perpétuelle mutation. Espace de confrontation entre étudiants, jeunes artistes et artistes de référence, le Festival a été l’occasion d’inviter de grandes figures, comme Harun Farocki (1997) et Thierry Kuntzel (1999).

Il connaîtra ensuite plusieurs étapes de changement dans ses orientations et dans sa programmation, sans jamais perdre son âme militante.

Entre 2003 et 2007, le Festival se focalise sur la création vidéo, cinématographique et multimédia d’un pays invité et devient l’occasion d’inviter des artistes et cinéastes du Danemark, de la Hollande, de la Belgique et du Portugal.

Entre 2007 et 2011, sur la proposition de Paul Devautour, alors directeur de l’École nationale supérieure d’art de Bourges, le Festival se dote d’un prix : le Bonnet d’or. Ce prix permet à des étudiants français ou étrangers d’exposer lors de la Biennale d’art contemporain de Bourges d’une part et, de l’autre, à de jeunes artistes vidéastes de bénéficier d’une bourse de 2000€ offerte par le Conseil général du Cher.

En 2013, le Festival prend un nouveau tournant et s’annualise sous la forme de Rencontres dans les champs désormais circonscrits de « l’image en mouvement » et des « arts médiatiques »1. Ces rencontres ont la particularité d’être construites comme un espace d’expérimentation pour des groupes d’étudiants de plusieurs écoles d’arts françaises (workshops, stages, groupes de recherches) et comme une plate-forme de programmation conçue avec des artistes et des acteurs de la création vidéo et cinématographique contemporaine.

Si le Festival a pu s’inscrire dans le paysage local, c’est grâce à ses partenaires historiques comme l’École nationale supérieure d’Art de Bourges et la Maison de la Culture, et à l’implantation de l’association sur la Friche Culturelle l’Antre-Peaux.

Bandits-Mages est héritière d’une histoire de l’art vidéo et d’une culture dite « underground », en marge des habitudes culturelles dites « mainstream ». C’est un lieu de fabrique au service des pratiques autonomes et productions alternatives.

Ainsi, Bandits-Mages est une structure unique offrant une plate-forme de résidence, de production, d’expérimentation, de recherche, de diffusion et de sensibilisation dans le domaine élargi des médias contemporains tels que la vidéo, le cinéma, le son, ou encore les objets électroniques et numériques. Autant de possibilités qui confèrent à Bandits-Mages son caractère fluide et modulable pour laisser toute la liberté de s’épanouir à une pensée : celle de l’artiste, du créateur, du philosophe, du pédagogue, de l’étudiant, du chercheur qui vient s’approprier l’outil qu’offre la structure.

L’activité annuelle de l’association est focalisée d’une part sur l’organisation des Rencontres, et d’autre part sur l’accueil en résidences d’artistes vidéastes ou cinéastes, la production et la diffusion d’œuvres vidéos, cinématographiques et dites « médiatiques »,  la transmission de ces pratiques artistiques et la formation aux outils numériques. Bandits-Mages offre en ce sens aux artistes un espace de liberté esthétique et de recherche : le Haïdouc.

L’association

 

L’association est composée d’une équipe de 4 à 6 salariés.

Les usagers de Bandits-Mages sont alors :

  • les artistes
  • les cinéastes indépendants
  • les enseignants des écoles d’art et des établissements d’enseignement du cinéma et des pratiques audiovisuelles
  • les étudiants des écoles d’art
  • les scolaires (collégiens et lycéens)
  • les personnes de tous âges en quête d’apprentissage des outils numériques et de la vidéo
  • les structures d’enseignement, d’actions sociales et culturelles : les écoles d’art, les associations culturelles, les lycées, les médiathèques, la FOL, le SPIP,  la CAF, la DRJSCS, la Maison de la culture de Bourges, le Conservatoire de musique et de danse de Bourges, l’ÉPIDE … (liste non exhaustive)

La vie associative

L’association Bandits-Mages a été présidée et dirigée par Jean-Paul Labro, dès l’origine, de 1991 à 2004. En 2001, c’est Christian Merlhiot, cinéaste, qui en assure la présidence jusqu’en 2004, puis c’est Jean-Paul Labro qui reprend la présidence de l’association. De 2004 à 2009, deux directeurs se sont succédés Christian Van Der Borght en 2005 et Jean-Pascal Vial de 2006 à 2009. Depuis 2009, l’association est dirigée par Isabelle Carlier.

Le siège de l’association était localisé de 1991 à 1994 à l’École nationale des Beaux-Arts de Bourges, puis de 1994 à 2000 au 5 rue Sansom, dans des locaux mis à disposition par la Ville de Bourges. Depuis 2000, l’association est implantée à la Friche l’Antre-Peaux (locaux également mis à disposition de la Ville de Bourges). Des travaux de réhabilitation sont programmés de juillet 2014 à juin 2016.

Aujourd’hui, plusieurs auteurs, artistes (Sandra Emonet, Philippe Zunino, les membres de la galerie du Cartable : David Legrand et Fabrice Cotinat, …), média-activistes (Ewen Chardronnet,Vanessa Brunet, Hélène Chaudeau, … ), cinéastes (Boris Lehman, Caroline Delaporte, …), étudiants sont des membres actifs de Bandits-Mages ou des contributeurs réguliers. Ils participent ainsi naturellement aux orientations de l’association ainsi qu’à sa programmation.