PACÔME THIELLEMENT, CINEMA HERMETICA

PACÔME THIELLEMENT, CINEMA HERMETICA

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Après le Théâtre de l’Auto-dévoration, Pacôme Thiellement nous revient avec la sortie de Cinéma Hermetica, un recueil de textes à propos de « vos films cultes comme vous ne les avez jamais lus ».

Le Cinéma de la Maison de la Culture de Bourges, Bandits-Mages et la Médiathèque de Bourges proposent à cette occasion trois rencontres :

Le 12 mars, à 15h, à la Médiathèque de Bourges, salle Prévert : une rencontre entre Pacôme Thiellement, auteur de Cinéma Hermetica et Sarah Hatchuel, auteure de Rêves et séries américaines : la fabrique d’autres mondes.

Le 12 mars, à 17h45 au cinéma de la Maison de la Culture de Bourges : exégèse d’Opening Night (John Cassavetes, 1977)
La célèbre comédienne de théâtre Myrte Gordon est la vedette d’une pièce de Sarah Goode : “The Second Woman”. Après une représentation à New Haven, Myrte assiste à la mort d’une jeune admiratrice passionnée…

Le 22 mai, à 19h au cinéma de la Maison de la Culture de Bourges : exégèse de Shining (Stanley Kübrick, 1980)
Jack Torrance, gardien d’un hôtel fermé l’hiver, sa femme et son fils Danny s’apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Danny, qui possède un don de médium, le “Shining”, est effrayé à l’idée d’habiter ce lieu, théâtre marqué par de terribles évènements passés…

Plus d’information à propos de Cinéma Hermetica :
En mars 2014, un photographe estonien publie les ahurissants clichés d’un cinéma égyptien abandonné au milieu du désert du Sinaï. Si la construction de l’édifice est attribuée à un excentrique homme d’affaires français du début du XXe siècle, aucun film n’y a jamais été diffusé et il a été depuis détruit.
Il n’en fallait pas plus à Pacôme Thiellement pour plonger dans les arcanes du cinéma et proposer des analyses déjantées de Nosferatu, Nosferatu fantôme de la nuit, Freaks, Le Locataire, Possession, Suspiria, Céline et Julie vont en bateau, M. Arkadin, Chinatown, Opening Night, Nymphomaniac et Shining.
Autant de films étrangement cultes, autant de chefs-d’œuvre à voir ou à revoir autrement, grâce aux lumières d’un érudit pop quelque peu magicien pour qui le cinéma est devenu, le temps d’une parenthèse enchantée, la façon la plus sûre de discerner l’invisible.
Pus d’information à propos de Rêves et séries américaines :

Biographie de Pacôme Thiellement :
Pacôme Thiellement, auteur réalisateur, écrivain et essayiste, adapte son écriture à différentes formes de média. Après s’être illustré, à l’adolescence, dans le milieu de la bande dessinée (directeur du fanzine Réciproquement), il crée avec d’autres auteurs, la revue Spectre. Celle-ci s’arrête lors de la publication de son premier livre Poppermost. En charge de la coordination d’un recueil de travaux écrits et dessinés (Schreber Président, publié par les éditions Fage en 2006), il écrit par la suite huit essais d’inspiration exégétique et burlesque dont Pop Yoga (Sonatine, 2013). Il est également le co-auteur avec Thomas Bertay de la collection de films expérimentaux regroupés sous le nom de Le Dispositif : 52 vidéos ayant fait l’objet de nombreuses projections et de trois rétrospectives. Il est également l’auteur du livret d’un spectacle consacré à la musique de Frank Zappa, The Big Note, créé par l’Ensemble de Basse-Normandie. En 2013, la Galerie Anne Barrault lui confie le commissariat d’une exposition, Citadelles en Suspens, où il présente des œuvres de certains de ses artistes préférés morts et vivants. Il enchaîne avec une résidence, Satan Trismégiste, à la librairie Le Monte-en-l’air, puis une résidence à Bourges avec Bandits-Mages, Théâtre de l’auto-dévoration, centrée sur la poésie et le cinéma fantastique.

Plus d’information à propos de Rêves et séries américaines : la fabrique d’autres mondes :
Les séries ont-elles remplacé le cinéma comme usine à rêves ? Des Soprano à Battlestar Galactica, de Buffy contre les vampires à Twin Peaks, Awake et Hannibal, sans oublier LOST et Six Feet Under, cet ouvrage, abondamment illustré, se propose d’explorer le rêve comme ressort narratif par lequel la fiction se déploie, se ressource et se remet en question. Film dans le film, au carrefour du réel et de l’irréel, de l’objectivité et de la subjectivité, du monde de veille et du monde imaginaire, le rêve met en tension notre croyance en la fiction que nous regardons, tout en ouvrant une fenêtre vers d’autres possibles et en ménageant du « jeu » dans la représentation. Sarah Hatchuel nous rappelle que les séries oniriques ne nous invitent pas à devenir des spectateurs sceptiques qui regarderaient les séquences de manière détachée voire cynique parce que celles-ci pourraient ne pas être vraies. Elles nous exhortent, au contraire, à devenir des amoureux de la fiction, à chérir les histoires même lorsque celles-ci s’avèrent appartenir à une dimension virtuelle ou mentale. Au fond, la réalité des événements importe peu. Buffy pourrait évoluer dans une dimension qu’elle s’est elle-même inventée ; les rescapés du vol 815 se retrouver dans un rêve qu’ils ont fabriqué ; Laura Palmer raconter son histoire depuis une Chambre rouge à cheval sur deux mondes. Loin de penser le rêve comme récit subalterne, ces séries le posent comme expérience de vie, nous faisant réfléchir à la portée de nos actes et aux conséquences de chacune de nos décisions.

Biographie de Sarah Hatchuel :
Sarah Hatchuel, Présidente de la Société Française Shakespeare, est Professeure en littérature et cinéma anglophones à l’Université du Havre. Elle est l’auteure de livres sur Shakespeare au cinéma (Shakespeare and the Cleopatra/Caesar Intertext : Sequel, Conflation, Remake, Fairleigh Dickinson University Press, 2011; Shakespeare, from Stage to Screen, Cambridge University Press, 2004; A Companion to the Shakespearean Films of Kenneth Branagh, Blizzard Publishing, 2000) et sur les séries télévisées américaines (Rêves et series américaines : La fabrique d’autres mondes, Rouge Profond, 2015; Lost : Fiction Vitale, PUF, 2013). Elle codirige (avec Nathalie Vienne-Guerrin) la collection Shakespeare on Screen (PURH/CUP) et codirige (avec Ariane Hudelet) la revue électronique TV/Series (http://tvseries.revues.org).

Contacts, Informations et tarifs

Bandits-Mages : 02 48 50 42 47 (direction@bandits-mages.fr)
La Médiathèque : 02 48 23 22 50 (helene.petitjean@ville-bourges.fr)
MCB° : 02 48 21 29 44 (b.piederriere@mcbourges.com)

Médiathèque de Bourges
Les Rives d’Auron
Boulevard Lamarck – BP 18
18001 BOURGES cedex

Cinéma de la MCB°
12 Boulevard Clémenceau
18000 Bourges

Tarifs des séances cinéma :
Tarif plein adulte : 7,60€
Tarif moins de 18 ans, étudiants, adhérents MCB°, adhérents Bandits-Mages : 5€
Tarif spécial programmation étudiants de l’ENSA Bourges : 4€

logo  mcb  Logo Ville HD logo bib de bourges 2016

Un évènement en partenariat avec la librairie La Poterne