Hall Noir 2014

Hall Noir 2014

Pavillon programmatique des étudiants des rencontres Bandits-Mages 2014

 

HALL NOIR est un espace prototype destiné aux étudiants en art, pour se consacrer à part entière à une expérience de programmation artistique. Il s’agit de rendre visible la richesse des idées artistiques immarchandes d’aujourd’hui, qui ont besoin d’un hors-champs et d’un hors-format pour inventer leurs propres outils et développer leurs utopies culturelles.

HALL NOIR entend offrir aux jeunes artistes-étudiants un ensemble d’outils critiques, matériels, logistiques et financiers pour mettre en oeuvre et générer des programmes et des espaces visionnaires, bien à eux.

Le fonctionnement de cet espace vivant, fait de recherches et de rencontres, s’appuie sur une communauté éphémère. Celle-ci associe étudiants et professionnels, au travers d’une plate-forme de discussions, de réflexions et d’ateliers, pour accompagner les spécificités et les durées particulières de chaque proposition jusqu’à leur organisation en séance de présentation dans le cadre des Rencontres Bandits-Mages.
Un appel est lancé auprès des jeunes artistes et étudiants qui souhaitent intégrer l’équipe de programmation ou simplement proposer un projet, une performance, un film…

Équipe de programmation 2014

  • Marie Gaudou (ENSA Bourges)
  • Ophélie Soulier (ENSA Bourges)
  • Violaine Higelin (ESAL Metz).

Coordination :
David Legrand, artiste collectif, ciné-vidéaste, installationniste, acteur, dialoguiste et membre fondateur de la galerie du cartable.


Appel à participation 2014

affiche_freakshow_smallLieu : Château d'eau
ouverture du mardi 11 au jeudi 13 de 15h00 à 19h00
vernissage : lundi 10 de 19h00 à 22h00

FREAKSHOW

Présentation du projet de workshop du Collectif des Yeux, sur une invitation d'Ophélie Soulier-Bois et de Marie Gaudou

«FREAKSHOW » traite des visions d’un anthropomorphisme disjoncté en partant du constat que le corps est un hôte de parasites, qui comme notre langage, trouve sa construction dans un héritage. Dans une approche du laboratoire, il s’agira d'initier la création d’un langage commun et en parallèle d'expérimenter des formes et assemblages plastiques, des recherches performatives et audiovisuelles. Les concepts abordés de capture, d’observation et de reconstitution pourront produire alors fantasmagories et vocabulaires nouveaux. L’espace du workshop serait ici à visiter mais surtout un espace vivant, habité par les participants. Un espace en mutation voué à montrer l'inachevé.

Nous introduisons le visiteur dans le questionnement de chacun sur les limitations entre l’intérieur et l’extérieur, ce qui détermine le privé et le public, l’espace à soi autrement et l’espace de l’autre.  « Freakshow » s’investit sur une construction de « foire aux monstres » ou de « zoo artistique », qui tend à déconstruire les statuts du visiteur et de l’artiste, dans ce qu’ils tiennent respectivement du voyeur icônophage et de la bête de foire. Dire ou contredire l’humain et le non-humain, permet aussi la narration / la projection / la fiction du considéré comme faux, impossible ou séparé du réel.

TRANS-

Un programme constitué à partir de productions vidéo étudiantes dans une perspective Queer. Un état des lieux au sein de la jeune création qui rend compte des différentes approches autour des questions d'identité(s), de genre(s) et de sexualité(s). Une première étape, plutôt globale, qui offre une diversité de propositions et de langages. Une exposition collective élaborée dans une volonté de rencontre. Une collecte d'expérimentations, de revendications, d'exhibitions.

Parlons identité, parlons désirs, parlons genre, parlons normes, parlons dépassement, parlons sexe dans une volonté de TRANS- gression / formation / mutation.

Coups de gueule trans-hystérique, poésie mouvante et parasitaire, rire provocateur, effronteries, musical déluré, rituels transgressifs, corps étrangers, conte de fée pour adulte, compile riot-punk, mises en scène burlesques, flottements sensuels…

Un espace multimédia rebelle qui se frotter le derrière aux pierres du château. Un bordel sacré. Sans complexes. Sans hiérarchie. Une aire autogérée. Désordre. Trouble. Excentricité.

trans01Lieu : Château d'eau
ouverture du lundi 10 au jeudi 13 de 15h00 à 19h00
vernissage lundi 10 de 19h00 à 22h00

eb3576_6a2b82075a0d44ab9c196cd7f44e823a.jpg_srz_p_959_294_75_22_0.50_1.20_0
Lieu : Château d'eau
ouverture du mardi 11 au jeudi 13 de 15h00 à 19h00
vernissage : lundi 10 de 19h00 à 22h00

Let’s Dyke !

Let's Dyke! est un collectif engagé dans la création d'événements culturels pluridisciplinaires dans une perspective Queer. Pleinement impliqué dans les questionnements soulevés par ces Rencontres 2014, placées sous le signe de l'hybride, du hors-norme et du déconditionnement, Let's Dyke! débarque à Bourges pour déclencher danses outrageuses et défoulement festifs lors de l'after.

Au programme :

#27 (Metz) - Dj résident des soirées Let’s Dyke!
#27 a commencé à se shooter au “son” dès son adolescence. Cette autodidacte adepte du vinyle travaille au feeling: guidée par la minimale, elle est capable de faire évoluer ses sets vers des sonorités electro swing, tek ou hard-tek. Ses influences sont nombreuses: Stephan Bodzin, Dubfire, Joris Delacroix, Popof ou encore Vitalic pour n’en citer que quelques uns. Bien décidée à montrer que les filles en ont derrières les platines, #27 enflamme le dancefloor pour notre plus grand plaisir à chacun de ses sets.

Nicol (Paris)
C'est à Lyon que Nicol se passionne pour le mix, en jouant aux côtés d'artistes tel que Agoria, Oxia, The Hacker, John Thomas... Petit à Petit, Nicol s’impose dans la capitale et intègre successivement plusieurs collectifs résolument Queers : les Cancans (soirée Cockorico) en 2010, La culottée en 2012 et plus récemment La KLepto. Dans un style "dancefloor", Nicol prend tout son envol à travers une musique sexy, groovy et lumineuse. Aujourd'hui, Nicol dévoile son univers sonore à travers des productions singulières, surprenantes et dansantes.